Actes : CARNETS DE GUERRE D’UN HUSSARD NOIR DE LA REPUBLIQUE

COLLOQUE DU 29 OCTOBRE 2016 – RESUME DE LA CONTRIBUTION DE PHILIPPE BRUANT – GEOGRAPHE. Le 13 septembre 1914, le lendemain de la fin de la bataille du Grand Couronné qui repoussa les Allemands sur la ligne de la frontière de l’Annexion de 1871, Marc Delfaud, instituteur originaire de Charente Maritime, arrivait sur la frontièreLire la suite « Actes : CARNETS DE GUERRE D’UN HUSSARD NOIR DE LA REPUBLIQUE »

Actes : les casemates de la forêt d’Amance

Les casemates enterrées Hormis la présence d’un grand nombre de trous d’obus, c’est l’existence surprenante de deux grands types de casemates en forêt d’Amance qui marque le promeneur averti. On rencontre les casemates enterrées, qui représentent la majorité des installations avec près de quatre vingt dix  ouvrages et les casemates bétonnées représentées par une quarantaineLire la suite « Actes : les casemates de la forêt d’Amance »

Céleste Berteaud

Parti de la région bordelaise en août 1914, Céleste Berteaud (257ème R.I.) sera capturé au Mort Homme, près de Verdun, en mai 1916. Il débutera sa guerre le 19 août 1914 en franchissant la frontière à Brin-sur-Seille et y restera plusieurs mois.

Histoire du  Lapérouse, le canon de marine de la Forêt d’Amance.

Le 1er janvier 1916, le groupe des 4 pièces de l’Artillerie Lourde à Grande Puissance (A.L.G.P.), organisé pour contrebattre la position d’artillerie allemande de Hampont, possédait un canon de marine de 164,7 mm baptisé « Lapérouse ».

Le centenaire du « Gros Max » de Hampont

A partir du 1er janvier 1916 et jusqu’au début de 1917, ce super canon exécute par dessus le front, des bombardement sur trois agglomérations urbaines de Meurthe et Moselle: Nancy, Dombasle sur Meurthe et Lunéville.

Les casemates de la forêt d’Amance

Suite à un travail d’inventaire systématique des vestiges de guerre de la forêt d’Amance, réalisé sur les deux hivers 2014 et 2015, il a été mis en évidence la richesse patrimoniale exceptionnel le de ce massif forestier.