Archives du mot-clé Guerre Brin

Ça bourdonne dans la presse régionale !

Abeilles54001L’Abeille 54 journal hebdomadaire d’informations et d’actualités de la Meurthe-et-Moselle, relaie à son tour la reconstitution historique, dimanche 3 juin, du poste frontière de Brin-sur-Seille.

Un très bel article qui met à l’honneur le travail remarquable réalisé à cette occasion par les bénévoles de la batterie de l’Éperon de Frouard et par leur chef de chantier hors pair, Rémy Fontaine.

Alors…. le 3 juin…. tous à Brin !!!!

Actes : CARNETS DE GUERRE D’UN HUSSARD NOIR DE LA REPUBLIQUE

COLLOQUE DU 29 OCTOBRE 2016 – RESUME DE LA CONTRIBUTION DE PHILIPPE BRUANT – GEOGRAPHE.

Le 13 septembre 1914, le lendemain de la fin de la bataille du Grand Couronné qui repoussa les Allemands sur la ligne de la frontière de l’Annexion de 1871, Marc Delfaud, instituteur originaire de Charente Maritime, arrivait sur la frontière de la Seille en qualité de téléphoniste. Il allait y rester jusqu’au 7 mars 1915.
Il va se déplacer de Bey et Lanfroicourt à Moncel et se rendra également dans la forêt de Champenoux. Il visitera même Nancy. Après des séjours dans le Toulois et à Verdun, il reviendra dans le Saulnois en septembre 1916 jusque mai 1917.
L’intérêt de ces prises de notes ne réside pas seulement dans les descriptions des opérations, mais également dans les observations qu’il relate au sujet des populations civiles qu’il côtoie.
Rares sont les témoignages de ce secteur entre Nancy et la frontière à 20 km de cette ville, d’où l’intérêt pour ce que ce soldat nous apprend de cette zone qui fut toujours négligée et, par conséquent, méconnue.
Ces 672 pages sont un gisement d’informations inédites.

Tout d’abord, l’auteur nous décrit les paysages de ce secteur Est de Nancy où Allemands et Français se sont combattus des premiers jours d’août 1914 au 13 septembre. Ce sont donc les premiers constats de ce que les combats ont pu causer de destructions, tant dans la forêt que dans les villages. Les arbres sont déchiquetés, annonçant déjà ce que deviendront les zones forestières de Lorraine. Les moissons qui n’ont pu être faites présentent des champs dont les épis pourrissent sur pied.
On peut mesurer que c’est l’artillerie des deux camps qui sera le principal acteur des destructions et du saccage du paysage.
Marc a recueilli auprès des soldats qui l’ont précédé ce que furent les combats en milieu forestier. Il en décrit les épisodes et donne les détails tactiques utilisés en ce milieu naturel. La précision de sa description ne peut que satisfaire le lecteur à la recherche des pratiques de combats de ces premiers jours de guerre.
La bataille du Grand Couronné ayant rejeté les Allemands de l’autre côté de la Seille en territoire annexé, le secteur devient calme. Du moins en ce qui concerne les combats d’infanterie, car le danger n’est pas écarté pour les hommes qui occupent le secteur en raison des duels d’artillerie fréquents à partir de la mi-septembre 1914. La forêt d’Amance, Champenoux, Brin est vite transformée en position d’artillerie lourde dont Marc Delfaud donne des descriptions précises quant aux pièces utilisées et aux aménagements qui les abritent. Les lecteurs curieux de ces armes y trouvent satisfaction à enrichir leurs connaissances.
Un des intérêts de ce livre réside dans le récit que l’auteur donne des comportements des militaires durant leur séjour sur les lieux. Que ce soit entre soldats, entre soldats et gradés, entre soldats et habitants des villages, rien n‘échappe à Marc.
La rencontre de combattants français qui viennent de toutes les régions avec les Lorrains est riche d’enseignements. Le lecteur découvre les mentalités à partir des relations entre les hommes.
La fonction de transmetteur de notre auteur lui permet de se déplacer dans tout le secteur entre Nancy et la frontière, donc la ligne de front. A partir de ce nomadisme, il se livre à une véritable analyse sociologique des populations rurales et en ressort les spécificités de chacune des populations.
Ces carnets de guerre sont d’un intérêt primordial pour qui s’intéresse aux événements qui se sont déroulés à l’Est de Nancy dans l’année 1914. La qualité des descriptions de Marc Delfaud en rend la lecture passionnante.
Ajoutons que l’auteur après son passage dans le Saulnois ira combattre dans le secteur de St-Mihiel, puis de Verdun et au Chemin des Dames.
La lecture s’accompagne de notes explicatives qui apprennent beaucoup au lecteur.
Impossible de lire cet ouvrage sans prendre de notes…

CARNETS DE GUERRE D’UN HUSSARD NOIR DE LA REPUBLIQUE, par Marc DELFAUD – Editions « Italiques » – 2009.

2017 – Journée Patrimoniale et Historique de la Seille

flyer 2017 BrinLe programme de la journée de conférence 2017 commence à prendre forme et abordera les sujets suivants :

A l’initiative de Philippe BRUANT, géographe lorrain, un projet de reconstitution du poste frontière International de Brin-sur-Seille est en cours de montage. Ce projet se fait avec l’équipe dynamique des bénévoles qui font vivre la batterie de l’éperon, sur le plateau de Frouard.

En milieu d’après-midi, les femmes du groupe traditionnel lorrain « Les Neugeottes », présenteront la scénette « Couarail au lavoir ». Cette création raconte durant 15 minutes, le quotidien des femmes de Lorraine, dans le secteur du Grand Couronné. Elle à été créée en 2014 par Patrick THOUVENOT et Gilles PROVIN. Plusieurs présentations de cette scénette ont déjà eu lieu dans le Grand Nancy. C’est en costume de paysannes d’époque que les lorraines nous présenterons cette remarquable création. Elles sont bien sûr, équipées de quelques matériels d’époque. Au nombre d’une dizaine, elles nous saurons nous captiver et sans doute nous arracher quelques larmes au passage.

Le groupe des Neugeottes réalisera une courte présentation de quelques instruments de musique lorrain avec interprétation de quelques courts morceaux de musique. Les hommes du groupe seront présents pour clore cette prestation avec quelques danses lorraines.

Rassurez-vous, il n’est pas prévu de faire sauter le pont… car les soldats veilleront !

Sont également prévues:

  • une exposition de canevas de tir français et allemand,
  • une exposition de quelques lithographies exceptionnelles et probablement inconnues, présentées par Luc DUMONT.
  • une exposition photographique sur les femmes durant la guerre, présentée par le Centre Image Lorraine
  • et peut-être la présentation sous vitrine de quelques objets relatifs à la Grande Guerre.

Une table-librairie sera installée en vue de permettre aux conférenciers intervenants de présenter leurs écrits.

Prochainement, vous en saurez plus sur ce projet.

Céleste Berteaud

Parti de la région bordelaise en août 1914, Céleste Berteaud (257ème R.I.) sera capturé au Mort Homme, près de Verdun, en mai 1916. Il débutera sa guerre le 19 août 1914 en franchissant la frontière à Brin-sur-Seille et y restera plusieurs mois.

Avocat de formation, il pris note méthodiquement de sa vie avec ses hommes dans les environs d’Amance et de Champenoux, ajoutant à l’écrit des photos des villages touchés par le conflit et de la vie dans les tranchées. Souvenirs photographiques et légendes rédigées en 1914 permettront de faire revivre le conflit sur le front de Nancy.

Histoire du  Lapérouse, le canon de marine de la Forêt d’Amance.

Le 1er janvier 1916, le groupe des 4 pièces de l’Artillerie Lourde à Grande Puissance (A.L.G.P.), organisé pour contrebattre la position d’artillerie allemande de Hampont, possédait un canon de marine de 164,7 mm baptisé « Lapérouse ». Il était servi par les canonniers marins de la 6èmeBatterie du Lieutenant de Vaisseaux, Lucien Barckhausen, depuis le 1er novembre 1914.

Cet ouvrage militaire en Forêt de Champenoux fut actif jusqu’au 20 février 1917. Il contribua à contenir l’ennemi envahisseur par ses tirs dès la stabilisation du front et participa activement au harcèlement de la pièce allemande du Bois de Chaumont. Les petits David ont eu raison du Goliath qui blessait Nancy.

Les archives du Service Historique de la Défense (S.H.D.) nous dévoileront leurs trésors, sur le transport, le montage et l’implantation sur site. L’organisation et la vie des canonniers marins, les munitions et les techniques de tir seront également évoquées.

dsc01322-2dsc01321-2

 

Marc Delfaud

« Ce que Marc Delfaud, instituteur mobilisé, a vu dans la forêt de Champenoux-Brin, du 13.09.1914 au 07.03.1915 ».

Le 14 septembre 1914, deux jours après la fin de la bataille du Grand Couronné, Marc Delfaud, instituteur mobilisé, arrive à Laître-sous-Amance. Jusqu’au 6 mars 1915, il parcourt la zone de la rive gauche de la Seille et les forêts d’Amance, Brin et Champenoux.

Ses observations sont d’autant précieuses que peu de témoignages existent sur ce secteur.

delfaud