Archives du mot-clé journée historique

Ultimes réglages

Ultimes réglages avant l’inauguration en fanfare, dimanche 3 juin, du poste frontière de Brin-sur-Seille !
Sous la présidence de M. Pernot, maire de Brin-sur-Seille, les chevilles ouvrières de cette reconstitution historique originale ont peaufiné les derniers détails.
Rémy Fontaine, chef de construction et chef de chantier hors pair, a vérifié que tous les feux étaient passés au vert.
René Canta, après avoir sillonné en tous sens les routes des environs a confirmé que la signalisation et la communication étaient en place dans la Comcom et que les poteaux frontières n’attendaient plus que d’être posés.
Philippe Bruant a précisé que les organes de presse (écrite et audio-visuelle) préparaient leurs camions régie et que les guides-conférenciers révisaient d’arrache-pied leur sujet afin de répondre à toutes les questions du public !
Jean-Claude L’Huillier a apporté les dernières retouches au diaporama qui sera présenté et aux cartes passeports proposées aux visiteurs.
La Musique du 18ème R,T et le responsables des porte-drapeaux ont reconnu une dernière fois les lieux et révisé le dispositif.
Les Neugeottes ont pris en compte les faux, râteaux, bassines de lavandières et surtout la magnifique brouette d’époque qui agrémenteront leurs animations.
Les associations de ‘reconstituteurs’ (poilus, soldats prussiens, infirmières…) et les artisans locaux (apiculteur, Hall du Livre, viticulteurs… ) ont confirmé leur présence.
Pleinement rassuré par cette synergie d’actions, le Comité des fêtes de Brin-sur-Seille, prépare les stands buvette et restauration.
Alors…. le 3 juin, tous à Brin !!!!!!!!

34117938_1834283726593353_4768123914352066560_n

Préparatifs du 3 juin

En attendant de planter le poteau frontière prussien et le poteau frontière français de part et d’autre de la Seille, de disposer devant le poste de douane, sacs de sable et chevaux de frise, les reconstituants s’activent afin d’être fin prêts dimanche 3 juin !

Chants de régiments, chansons populaires, chants de poilus… la Musique des Anciens du 18ème RT d’Epinal répète en chœur les airs les plus célèbres de 14 – 18.

DSC03352

Pendant ce temps, les Neugeottes de Malzéville (les « Noisettes », en patois lorrain) se préparent à faire revivre le couarail ordinaire d’un village lorrain pendant l’annexion.

DSC03308Enfin, les Fantassins de Lorraine ainsi que les reconstituant de Villey-Saint-Etienne fourbissent leurs armes, astiquent les boutons de leurs uniformes bleu-horizon, déroulent et enroulent leurs bandes molletières….

 

Déroulement de la journée du 21 octobre 2017

Plages horaires Intervenants Titre de la présentation
  9h 30   à  9h 55 Véronique AUBERT « l’Abbé Miot, ancien aumônier volontaire a la 8è DIC et aumônier du Cimetière National de Champenoux ».
10h 00 à 10h 25 René CANTA « Les emplacements d’artillerie de la forêt d’Amance et de Brin-sur-Seille ».
Pause matinale
10h 35 à 11h 10 José BOURGUIGNON « Vergaville, Août 1914 ». Un film de Jean-Paul GAILLOT et José Bourguignon. Durée: 30 mn.
11h 15 à 11h 50 Christophe BAUFFE « Carnets de guerre de Céleste Berteaud – interprétations géographiques ».
Pause méridienne
14h 00 à 14h 30 Philippe BRUANT « La bataille du Grand Couronné vue par un géographe ».
14h 35 à 15h 10 Nicolas BRUGERE « Itinéraire d’un capitaine du 260e RI ».
15h 15 à 15h 50 Les NEUGEOTTES Présentation de la saynete: « Couarail au lavoir », création de Gilles PROVIN et Patrick THOUVENOT.
pause vespérale
16h 00 à 16h 30 Luc DUMONT « Présentation de matériels militaires et équipements curieux de soldats de la Grande Guerre ».
16h 35 à 17h 10 Dominique LACORDE « L’activité des femmes campagnardes durant la Grande Guerre en Lorraine ».
17h 15 à 17h 50 Jean-Claude L’HUILLIER « L’action des  femmes dans l’entretien des tombes de nos soldats ».

Actes : CARNETS DE GUERRE D’UN HUSSARD NOIR DE LA REPUBLIQUE

COLLOQUE DU 29 OCTOBRE 2016 – RESUME DE LA CONTRIBUTION DE PHILIPPE BRUANT – GEOGRAPHE.

Le 13 septembre 1914, le lendemain de la fin de la bataille du Grand Couronné qui repoussa les Allemands sur la ligne de la frontière de l’Annexion de 1871, Marc Delfaud, instituteur originaire de Charente Maritime, arrivait sur la frontière de la Seille en qualité de téléphoniste. Il allait y rester jusqu’au 7 mars 1915.
Il va se déplacer de Bey et Lanfroicourt à Moncel et se rendra également dans la forêt de Champenoux. Il visitera même Nancy. Après des séjours dans le Toulois et à Verdun, il reviendra dans le Saulnois en septembre 1916 jusque mai 1917.
L’intérêt de ces prises de notes ne réside pas seulement dans les descriptions des opérations, mais également dans les observations qu’il relate au sujet des populations civiles qu’il côtoie.
Rares sont les témoignages de ce secteur entre Nancy et la frontière à 20 km de cette ville, d’où l’intérêt pour ce que ce soldat nous apprend de cette zone qui fut toujours négligée et, par conséquent, méconnue.
Ces 672 pages sont un gisement d’informations inédites.

Tout d’abord, l’auteur nous décrit les paysages de ce secteur Est de Nancy où Allemands et Français se sont combattus des premiers jours d’août 1914 au 13 septembre. Ce sont donc les premiers constats de ce que les combats ont pu causer de destructions, tant dans la forêt que dans les villages. Les arbres sont déchiquetés, annonçant déjà ce que deviendront les zones forestières de Lorraine. Les moissons qui n’ont pu être faites présentent des champs dont les épis pourrissent sur pied.
On peut mesurer que c’est l’artillerie des deux camps qui sera le principal acteur des destructions et du saccage du paysage.
Marc a recueilli auprès des soldats qui l’ont précédé ce que furent les combats en milieu forestier. Il en décrit les épisodes et donne les détails tactiques utilisés en ce milieu naturel. La précision de sa description ne peut que satisfaire le lecteur à la recherche des pratiques de combats de ces premiers jours de guerre.
La bataille du Grand Couronné ayant rejeté les Allemands de l’autre côté de la Seille en territoire annexé, le secteur devient calme. Du moins en ce qui concerne les combats d’infanterie, car le danger n’est pas écarté pour les hommes qui occupent le secteur en raison des duels d’artillerie fréquents à partir de la mi-septembre 1914. La forêt d’Amance, Champenoux, Brin est vite transformée en position d’artillerie lourde dont Marc Delfaud donne des descriptions précises quant aux pièces utilisées et aux aménagements qui les abritent. Les lecteurs curieux de ces armes y trouvent satisfaction à enrichir leurs connaissances.
Un des intérêts de ce livre réside dans le récit que l’auteur donne des comportements des militaires durant leur séjour sur les lieux. Que ce soit entre soldats, entre soldats et gradés, entre soldats et habitants des villages, rien n‘échappe à Marc.
La rencontre de combattants français qui viennent de toutes les régions avec les Lorrains est riche d’enseignements. Le lecteur découvre les mentalités à partir des relations entre les hommes.
La fonction de transmetteur de notre auteur lui permet de se déplacer dans tout le secteur entre Nancy et la frontière, donc la ligne de front. A partir de ce nomadisme, il se livre à une véritable analyse sociologique des populations rurales et en ressort les spécificités de chacune des populations.
Ces carnets de guerre sont d’un intérêt primordial pour qui s’intéresse aux événements qui se sont déroulés à l’Est de Nancy dans l’année 1914. La qualité des descriptions de Marc Delfaud en rend la lecture passionnante.
Ajoutons que l’auteur après son passage dans le Saulnois ira combattre dans le secteur de St-Mihiel, puis de Verdun et au Chemin des Dames.
La lecture s’accompagne de notes explicatives qui apprennent beaucoup au lecteur.
Impossible de lire cet ouvrage sans prendre de notes…

CARNETS DE GUERRE D’UN HUSSARD NOIR DE LA REPUBLIQUE, par Marc DELFAUD – Editions « Italiques » – 2009.

2017 – Journée Patrimoniale et Historique de la Seille

flyer 2017 BrinLe programme de la journée de conférence 2017 commence à prendre forme et abordera les sujets suivants :

A l’initiative de Philippe BRUANT, géographe lorrain, un projet de reconstitution du poste frontière International de Brin-sur-Seille est en cours de montage. Ce projet se fait avec l’équipe dynamique des bénévoles qui font vivre la batterie de l’éperon, sur le plateau de Frouard.

En milieu d’après-midi, les femmes du groupe traditionnel lorrain « Les Neugeottes », présenteront la scénette « Couarail au lavoir ». Cette création raconte durant 15 minutes, le quotidien des femmes de Lorraine, dans le secteur du Grand Couronné. Elle à été créée en 2014 par Patrick THOUVENOT et Gilles PROVIN. Plusieurs présentations de cette scénette ont déjà eu lieu dans le Grand Nancy. C’est en costume de paysannes d’époque que les lorraines nous présenterons cette remarquable création. Elles sont bien sûr, équipées de quelques matériels d’époque. Au nombre d’une dizaine, elles nous saurons nous captiver et sans doute nous arracher quelques larmes au passage.

Le groupe des Neugeottes réalisera une courte présentation de quelques instruments de musique lorrain avec interprétation de quelques courts morceaux de musique. Les hommes du groupe seront présents pour clore cette prestation avec quelques danses lorraines.

Rassurez-vous, il n’est pas prévu de faire sauter le pont… car les soldats veilleront !

Sont également prévues:

  • une exposition de canevas de tir français et allemand,
  • une exposition de quelques lithographies exceptionnelles et probablement inconnues, présentées par Luc DUMONT.
  • une exposition photographique sur les femmes durant la guerre, présentée par le Centre Image Lorraine
  • et peut-être la présentation sous vitrine de quelques objets relatifs à la Grande Guerre.

Une table-librairie sera installée en vue de permettre aux conférenciers intervenants de présenter leurs écrits.

Prochainement, vous en saurez plus sur ce projet.

Céleste Berteaud

Parti de la région bordelaise en août 1914, Céleste Berteaud (257ème R.I.) sera capturé au Mort Homme, près de Verdun, en mai 1916. Il débutera sa guerre le 19 août 1914 en franchissant la frontière à Brin-sur-Seille et y restera plusieurs mois.

Avocat de formation, il pris note méthodiquement de sa vie avec ses hommes dans les environs d’Amance et de Champenoux, ajoutant à l’écrit des photos des villages touchés par le conflit et de la vie dans les tranchées. Souvenirs photographiques et légendes rédigées en 1914 permettront de faire revivre le conflit sur le front de Nancy.